Sécuriser votre chantier

Travailler en sécurité

Dominique Le Guerroué Drévillon, directeur de Kap Import, nous parle des aspects sécurité sur un chantier.

Quelle est votre expérience professionnelle en matériel de sécurité ?

J'ai neuf ans d'expérience en tant que vendeur de produits de la marque Petzl en Polynésie. Petzl est le numéro 1 mondial en équipement de sécurité et je suis spécialisé dans la distribution de matériel anti-chute et travaux acrobatiques. Je suis en relation avec des formateurs pour que les utilisateurs reçoivent une formation adaptée au produit acheté. Celle-ci est obligatoire pour les professionnels et vivement recommandée pour les particuliers.

J'ai aussi un rôle de conseil qui m'amène à faire des préconisations. Par exemple, le plus souvent, un client me communique un plan masse et je lui indique les mises en sécurité à effectuer.

Quels sont les sites que vous avez contribué à sécuriser ?

Ce sont pour la plupart des sites sensibles qui imposent de la discrétion. Ce peut être l'armée ou les télécoms lors de la pause de pylône de télétransmission, par exemple.

Comment sécuriser des travaux en hauteur ?

Pour les travaux en hauteur, il est important de sécuriser avec des lignes de vie temporaires ou permanentes ou encore grâce à des points d'ancrage. Le tout devant être impérativement normalisé. Pour cela, je distribue aussi toute la gamme de produit Vertic.

Comment sécuriser les travaux d'élagage ?

Ce type de travaux nécessite d'utiliser une scie à chaîne qui est un outil très dangereux. Il faut donc utiliser des équipements de protection individuelle (EPI) anti-coupure tel qu'un casque de protection avec coquille et grille intégrée pour se protéger des risques de chute de branche sur la tête, projection de copeaux dans les yeux et du bruit de la tronçonneuse, des gants anti-coupure et des manchettes anti-coupure, ainsi qu'un pantalon anti-coupure, et des bottes ou guêtre anti-coupure. Pour les professionnels, c'est obligatoire.

Comment sécuriser le nettoyage du terrain ?

Lorsque l'on nettoie son terrain soi-même, il faut savoir se prémunir contre les chutes d'objets encombrants, de pierres, de branches ou de terre. Alors, on reprend l'équipement de base, à savoir : les chaussures de sécurité, les gants et le casque. Bannissez les savates, la simple casquette et le travail à main nue. Il est aussi très utile de signaler son chantier avec un panneau qui indique le port obligatoire des EPI. Les accidents peuvent toujours survenir, personne n'est à l'abri d'un éclat de bois, ou d'un objet lourd qui tomberait sur vos pieds. Non seulement c'est douloureux et potentiellement handicapant, mais cela vous fera perdre du temps et de l'argent. Dommage, car le temps que vous passerez à l'hôpital, aurait pu être passé sur votre chantier ! De ce point de vue, un EPI reste toujours moins cher qu'un accident. Et puis je peux vous vendre un casque d'élagueur avec une grille de protection, pas un œil !

 

Quel équipement de sécurité prévoir concernant les travaux de construction de la maison ?

Il faut l'équipement de base constitué des lunettes, des gants adaptés au travail entrepris, des chaussures de sécurité, un casque de chantier et un casque antibruit. Concernant les lunettes, cela peut paraître superflu mais, par expérience, même de petits travaux peuvent causer des accidents. Par exemple, un éclat peut vous sauter dans l'œil alors que vous êtes en train de scier une petite plaque de plastique ou de plexiglas. C'est bête, mais cela arrive.

Lorsque l'on construit une maison, on est amené à travailler avec une meuleuse d'angle qui est un des engins les plus dangereux sur un chantier. Il faut alors penser à mettre des gants spéciaux en cuir et non en synthétique. C'est ce qui est préférable sur du fer à béton. Chaque type de gant offre une résistance mécanique et/ou chimique différente, à vous d'utiliser celui adapté au travail que vous effectuez. Le bon sens et la bonne lecture des informations de la norme inscrite sur le gant sont primordiaux.

Comment aborder les choses quand on veut participer aux travaux de construction de sa maison ?

Je recommande de se poser les bonnes questions : est ce qu'on sait faire tel ou tel type de travaux ? Est ce qu'on a les bons outils pour les réaliser ? Quels sont les risques ? Peut-on supprimer ces risques ? Si on ne peut pas les supprimer, est ce qu'on peut les réduire ? Peut-on mettre en place des protections collectives ou individuelles ? Si ce n'est pas le cas, il faut savoir arrêter et préférer sous-traiter avec un professionnel.

Comment reconnaît-on un professionnel équipé en matériel de sécurité ?

Est-il connu et reconnu ? A-t-il pignon sur rue ? A-t-il la norme ISO ? Lorsqu'un professionnel est certifié ISO, il est obligé de s'équiper et peut imposer à ses sous-traitants de s'équiper pour parvenir au même niveau de sécurité que lui.

Pourquoi mettre autant l'accent sur la sécurité ?

Parce qu'un accident est vite arrivé. Que ce soit avec un outil dangereux comme une scie à chaîne, les chutes ou les travaux qui paraissent moins dangereux. Il y a un réel intérêt à s'équiper et à se former afin de se prémunir contre ces risques. C'est vrai qu'il y a toujours les assurances contre les accidents de la vie mais je pense qu'il vaut mieux investir dans un pantalon anti-coupure pour les travaux avec une tronçonneuse, par exemple ; même s'il a été coupé, il peut être remplacé. Les fibres utilisées ont été conçues pour bloquer la chaîne de la scie instantanément. Pour ce qui est des chutes sur les chantiers, il faut savoir qu'elles sont très souvent handicapantes ou mortelles. Le port d'un antichute normalisé est donc indispensable.

Pourriez-vous donner une fourchette de prix de quelques EPI ?

Pour une entrée de gamme, vous trouverez des casques de chantier à partir de 900 Fcfp TTC dans les grandes surfaces de bricolage. On trouve aussi des chaussures de sécurité autour de 5000 Fcfp TTC. Pour un équipement complet antichute, il faut compter environ 60 000 Fcfp TTC avec harnais, une longe, des mousquetons, un bloqueur, une corde et un casque haut de gamme Petzl. Pour les accès difficile, nous proposons une autre gamme de produit beaucoup plus technique que seul un cordiste confirmer pourra utiliser. Un rendez-vous est alors conseillé pour évaluer les besoins. Pour les points d'ancrage, ligne de vie, matériel antichute, je ne travaille que sur devis, car chaque cas est différent. Pour le matériel de bûcheronnage et élagage, il faut compter environ 60 000 Fcp TTC pour un équipement complet haut de gamme (confortable et tropicalisé), on peut ainsi utiliser une tronçonneuse en toute sécurité.

Cet article vous a plu ? Votez ici :

Back to Top