Les prêts bancaires : comment s’y préparer ?

Prêt bancaire, comment s'y préparer

Pour financer votre projet d’acquisition ou de construction de maison, vous devrez (à moins d’avoir une épargne considérable…), faire un emprunt. En effet, le crédit immobilier est, par définition, un financement destiné à couvrir tout ou partie de votre achat immobilier (maison, appartement, terrain), de votre opération de construction ou encore de vos travaux. Voici quelques conseils pour ne pas se trouver démuni devant son banquier.

Un prêt contracté auprès d’un organisme financier doit être bien étudié. Avant de prendre une décision, il est important de déterminer avec votre conseiller tous les paramètres du projet : le montant de votre besoin financier, votre budget mensuel, et surtout la durée souhaitée de votre financement. Pour cela, munissez-vous au préalable d’un petit dossier que vous aurez préparé avec le descriptif de votre projet, ainsi que les détails : vos fonds propres, apports, somme nécessaire à l’achat du terrain et/ou à la construction, somme à emprunter, questions diverses, etc.
Parmi les prêts bancaires classiques, le Taux Effectif Global (TEG) est le meilleur indicateur pour comparer les prêts et déterminer le plus avantageux. Outre le taux nominal, il intègre l’assurance décès-invalidité et les frais de dossier que vous aurez à payer. Mais attention, ces frais peuvent varier d’une banque à l’autre et les taux d’intérêt étant fixés librement, n’hésitez surtout pas à faire jouer la concurrence entre les établissements bancaires.

Combien peut-on emprunter ?

Les différentes banques proposent des emprunts à taux fixe, ainsi que des emprunts à taux variable. Dans le premier cas, la période de remboursement est déterminée une fois pour toute et ne fluctue pas en fonction de la variation du taux de base. Malheureusement, avec la crise, la conjoncture est à la hausse des taux…
Combien peut-on emprunter ? Pour calculer le montant de son emprunt, il faut savoir que les banques estiment qu’un ménage peut dégager au maximum 30 à 35 % de ses revenus au remboursement de son crédit. Et ceci, bien sûr, en tenant compte des crédits en cours, contractés antérieurement. 
La durée du crédit. Toutes les durées de prêt immobilier sont possibles, depuis des prêts très courts de 5 ans seulement, jusqu'à certains prêts immobiliers à taux fixe sur 35 ans. En moyenne, la durée de remboursement la plus fréquemment choisie par les emprunteurs est de 15 ans, voire 25 ans pour les jeunes ménages. Plus la durée est longue, moins la mensualité est élevée car le capital à rembourser est réparti sur un plus grand nombre d’années. En allongeant la durée du crédit, vous pourrez donc emprunter une somme plus importante sans modifier le montant de vos remboursements mensuels. En revanche, attention aux intérêts qui, inévitablement, seront plus élevés. Ainsi, clairement, plus la durée s’allonge, plus le coût du crédit augmente.  
Enfin, renseignez-vous également sur :

  • Existe-t-il des frais annexes ? Sont-ils négociables ?
  • Peut-on rembourser le crédit par anticipation ? Y-a-t-il des frais ?
  • Quelles sont les pénalités en cas de difficultés « passagères » ? 
  • Les frais de notaire, à quel taux ?

Quelques conseils :

Quand vous parlerez autour de vous de votre projet de construction, il y aura ceux qui vous diront « Quant à faire un projet, met-y le paquet ! ». En effet, cela veut dire prévoir un projet ambitieux sur une parcelle de bonne taille qui constituera plus tard un patrimoine. Mais évidemment le budget ira de pair et sera de ce fait conséquent. Ici, l’avantage est que vous ferez un effort financier constant pendant 20 ou 30 ans qui finira par faire un placement dans un secteur qui globalement ne baisse pas. Par contre, l’inconvénient, c’est que cet effort financier peut rapidement se faire au détriment de tous vos loisirs, pire, de vos besoins quotidiens, en raison du poids de remboursements ingérables. D’un autre côté, il y aura « les fourmis », ceux qui prêcheront au contraire un emprunt minimum pour commencer les travaux, finançant au fur et à mesure des rentrées, la finition et l’évolution de la construction. Là, on comprend l’avantage de remboursements mensuels plus faibles et variables, qui rassurent et qui entrainent une certaine sécurité en cas de coups durs de la vie. Toutefois, le risque, c’est que les travaux peuvent durer très longtemps et, en cas de problème, la maison n’aura pas atteint sa valeur optimale et risque d’être difficilement revendable.

Selon votre décision, n’oubliez pas qu’il ne faut acheter uniquement dans le cas d’un projet mûrement réfléchi, car en effet, un crédit immobilier est un engagement sur le long terme et le « Aie, j’aurais pas dû ! » peut avoir de lourdes conséquences. Enfin, gardez également en tête qu’il vaut mieux un petit chez soi qu’un grand chez les autres... 

Cet article vous a plu ? Votez ici :

Back to Top